L'hôpital auxiliaire n° 19 (2/2)

La Seine-Inférieure s'est trouvée aussi dans une situation particulière du fait de la présence des ports du Havre et de Rouen. Ce département accueillit ainsi de nombreux Britanniques, (par exemple des Indous), il y eu des camps, des hôpitaux. N'oublions pas également la forte présence belge ; le gouvernement belge s'est établi à Sainte-Adresse, près du Havre.  
Nous trouvons sur ce département des hôpitaux anglais, des hôpitaux belges, des hôpitaux anglo-belges.... Les locaux libres étant rares, plusieurs de ces établissements s'installèrent dans des baraquements dont il reste comme témoignages que quelques rares (et précieuses) cartes postales, ainsi que les tombes installées dans le carré militaire des communes où se trouvaient ces hôpitaux.

En 1911, Louis Debray (1872-1916), manufacturier et maire de Lanquetot, président d’honneur de l’amicale laïque, président de la Société civile de tir, fait construire une salle des fêtes, 5 rue Lechaptois, pour y abriter l'Amicale laïque.

Dans la semaine qui suit la mobilisation du 2 août 1914, la section de la Croix-Rouge de Bolbec prend des dispositions pour remplir le but qu’elle s’est assigné lors de sa formation, à l’effet de mettre  à la disposition militaire des lits pour les blessés de guerre, dans les locaux de la salle des fêtes, mise à la disposition de la société par M. Debray. Le service médical de cet établissement sera assuré par les docteurs Bouyssou et Deschamps.

L’hôpital de la Croix-Rouge a été reçu par l’autorité militaire pour un total de 30 lits fournis par de généreux donateurs.

15 autres lits sont installés à l’hôpital Fauquet au 15 de la même rue.

Louis debray 2

Louis Debray

18987 920170074672504 5713144924744069292 nSalle des fêtes

Ha 19 2

Salle des fêtes devenue "Hôpital Auxiliaire n° 19" et annexe de l'hôpital Fauquet

Soldats décédés à l'hôpital FAUQUET

et à son annexe l'hôpital auxiliaire n° 19

 

PÉRON Jean   20-oct.-1914   Hôpital 19 ou Fauquet

TROGOFF François   31-oct.-1914   Hôpital 19

DAVONNEAU Eugène   8-janv.-1915   Hôpital 19

QUINTON François   30-janv.-1915   Hôpital 19

HÉRUBERT Pierre   18-févr.-1915   Hôpital Fauquet

MASSONNIER André   27-avr.-1915   Hôpital Fauquet

QUILLET Edgard   10-mai-1915   Hôpital 19

ALLEAUME Henri   13-août-1915   Hôpital 19 ou Fauquet

PARIS Eugène   19-nov.-1915   Hôpital 19

DÉHAIS François   21-mai-1916   Hôpital Fauquet

BALDY Martin   4-août-1916   Hôpital 19

GUÉGAN Jean-Marie   31-janv.-1918   Hôpital 19

BOYARD Ernest   22-août-1918   Hôpital 19

AUBIN Joseph   28-sept.-1918   Hôpital 19

MANSOIS Raymond   17-nov.-1919   Hôpital Fauquet

Ha hier et aujourd hui 2Hier/aujourd'hui - maison de concierge

15 décembre 1914.

 

La souscription ouverte atteint aujourd’hui la somme de 12.287 fr. 50. Il est bon d’ajouter que près de 10.000 journées d’hospitalisation ont déjà été assurées, tant dans la salle principale, rue Lechaptois, que dans ses annexes. Mais avec l’hiver les dépenses ont considérablement augmenté et les premiers fonds réunis vont être épuisés.

Le comité adresse donc à ses concitoyens, avec la plus grande confiance, un chaleureux et nouvel appel en faveur de cette œuvre. Les dons seront toujours reçus avec reconnaissance à l’hôpital auxiliaire et au domicile de M. Alfred Carpentier, administrateur, 9, rue Pierre-Fauquet-Lemaître.

Le comité recevrait volontiers pour le dessert des blessés, des pommes ou autres fruits, qui pourraient lui être envoyés.

 

9 mai 1915.

 

Inspection des Ambulances. Ces jours derniers, M. le médecin inspecteur général Martin a fait une visite aux formations sanitaires de Bolbec.

Accompagné du Docteur Bouyssou, médecin-chef, il débuta par l’ambulance de la rue Lechaptois , puis se rendit dans les diverses annexes. Le médecin-inspecteur n’a pu que constater la bonne tenue de nos ambulances et les bons soins donnés à nos chers blessés.

 

27 juillet 1915.

 

Le second concert organisé au profit de la Croix-Rouge par un groupe de musiciens, dirigés par Ch. Quesnel, chef de l’harmonie de Gruchet-le-Valasse, a été donné dimanche, à quatre heures, à Bolbec, dans le jardin public, sur la pelouse, en présence d’une foule d’auditeurs, cette audition a été pleinement réussie et les applaudissements ne furent pas ménagés aux exécutants

De charmantes vendeuses, Mlle Emilienne Lefebvre, Marie-Louise Pigache, Lucienne Lebreton, Geneviève Vallon, Blanche Eyère, Marie Briez, Marie-Louise Leroux, Eugénie Déhais, Jeanne Lebourg, Annette Lecarpentier, Renée Carré, Berthe Leblond et MM. Roger Lebourg et Ernest Gaquerel se dévouèrent pour offrir au public des insignes, du tabac et des programmes. La recette a encore une fois été fructueuse, car elle a produit la somme de 290 francs, somme qui vient s’ajouter aux 450 francs quêtés le 15 juillet au concert du château des Genêts, ce qui fait un total de 740 francs pour les victimes de la guerre soignés à la Croix-Rouge de Bolbec.

Des félicitations ont été adressées à MM. Ch. Quesnel, F. Seineur et Trouchaud qui firent toutes les démarches nécessaires pour mener à bien l’organisation de cette fête de bienfaisance.

 

 

 

4 novembre 1915 - Démarche patriotique. -

Lundi à deux heures du soir, par une délicate attention, les soldats en traitement à l’hôpital auxiliaire de la Croix-Rouge, sous la conduite de M. Alfred Carpentier et de Mlle Henriette Piérard*, infirmière-major de cet établissement se sont rendus au cimetière communal pour y déposer une fort belle couronne sur la tombe de leurs camarades morts au service de la patrie en 1914-1915.

De leur côté, de nombreux bolbécais sont allés également faire pèlerinage aux tombes de ces victimes du devoir.

 

*  Henriette PIERARD, infirmière major – directrice de l’hôpital auxiliaire 19 à bolbec.

Née le 12 juillet 1882 à Gruchet-le-Valasse au château des Genêts. Fille du baron André PIERARD, député et conseiller général de la Seine-Inférieure;  et de DESGENETAIS Marie Jeanne Emika Inès. Décorée de la médaille de bronze de la reconnaissance française (Déc. Min., 1917. - J. Off., 2 mai 1917). Mariée le 15 novembre 1919 à Gruchet-le-Valasse avec le médecin-major de 1ère classe GERNEZ Léon Zacharie. 

Chateau des genetsChâteau des Genêts

19160716 manifestation patriotique copie16 juillet 1916

1er février 1917 - Concert de la Croix-Rouge dans la salle de l’hôpital -

Réunion présidée par M. le baron d’Etchegoyen, ancien conseiller général et Mme la baronne d’Etchegoyen, aux côtés desquels se trouvaient MM. Louis Langer, président de la Croix-Rouge ; A. Carpentier, directeur, et autres notabilités.

L’assistance a fait fête comme il convenait à tous les artistes qui prêtaient leur concours : Mlle Henriette Piérard, infirmière-major ; Adrien Fontaine, flûtiste ; M. et Mme Heuzé, du Havre ; M. L. Hofmann, pianiste ; Gaston Menuisement, violoncelliste ; un soldat de l’ambulance. Ajoutons que les dames infirmières ont chanté de façon parfaite le « Chœur des Bohémiens » de Schumann.

Enfin les hymnes des alliés joués par l’orchestre ont été acclamés par l’assistance qui a répété en chœur la Marseillaise…  

Baron d etchegoyen

baron d’Etchegoyen

Chant du départ Chant 2/?

19170418 matinee concert

18 avril 1917

Charlotte Tirard, sopr. "Grisélidis" (Massenet) "Il partit au printemps", Polydor 1929.

Pierre Camus. Chanson et Badinerie (flute, piano)

Jules Massenet Meditation de Thais - Nigel Kennedy

 

L'amicale laïque ne pouvant en assurer l'entretien la remet en 1925 à la veuve de Louis DEBRAY ( née Louise Mathilde CATHERINE 1874-1934) qui la propose à la ville en donation sous conditions d'utilisation. La même année, la ville achète l'immeuble comprenant la salle des fêtes, la salle de réunion, le stand de tir et la maison du concierge. la salle des fêtes était louée à l'Alhambra cinéma, bail résilié en 1926, date ou la salle prend le nom de Salle Debray. En 1953, le stand de tir est transformé en cantine. La salle a été détruite en 1991

 

Rapport des 5e et 7e commissions du 21 septembre 1925

 

Par lettre en date du 25 août dernier, Madame Veuve Louis Debray a fait connaître à Monsieur le Maire que d'accord avec ses enfants, elle avait décidé de vendre à la ville de Bolbec, moyennant une somme de 8000 francs, la salle des fêtes de la rue Lechaptois que son mari avait fait construire avant guerre pour y abriter diverses sociétés locales. La cession proposée par Madame Debray comprendrait bien entendu, outre la salle des fêtes, la petite salle de réunion le haut et la maison du concierge.

 

D'après le procès-verbal descriptif et estimatif et le plan dressés sur la demande de l'Administration Municipale PAR MM. Lefebvre et Granval architectes à Bolbec l'immeuble dont il s'agit est d'une contenance de 1250 mètres carrés environ et est évalué comme suit savoir :

 

                                                        Terrain               1.000 fr

                                                        Constructions  7.000 fr

     

                                                                      Total     8.000 fr

 

Par délibération du 22 septembre 1925, l'acquisition a été décidée et la salle des fêtes portera le nom de : salle Debray

19250825 copieSignature : Veuve L. Debray

Ha 19

Salle debray rue lechaptois 1

1075336 1701264060142075 5755824059826197464 o

Château Debray

Sources :

Archives départementales de Seine-Maritime (Etat-Civil, Journal de Rouen)

Archives départementales de Seine-Maritime (série 2O)

Archives communales de la ville de Bolbec (archives militaires 4H)

Copyright protection