CARLIER Jules

Copyright protection

Jules Émile Joseph CARLIER, célibataire, maréchal ferrant, né le 15 avril 1878 à Fleurbaix (Pas-de-Calais),

fils de Louis Anthime Joseph, domestique, né a Sailly-sur-la-Lys le 28 mars 1856 et de  Victorine Appolline DHAINE, tisserande, née à Fleurbaix le 18 avril 1857, mariés le 25 juillet 1877 à Fleurbaix.

 

Dirigé le 16 novembre 1899 sur le 4è régiment de cuirassiers

Cuirassier de 1ère classe le 29 septembre 1900

Dirigé dans la disponibilité le 20 septembre 1902

En 1911, vit chez ses parents, 25 rue du bois à Fleurbaix (source AD62 - recensement 1911)

 

Mobilisé le 1er août 1914

Nommé caporal le 26 septembre 1915

Brigadier-maréchal au 7e escadron du train des équipages, le 24 jenvier 1917

 

En mars 1918, ses parents se réfugient à Bolbec, "...chassés de leur foyer par l'invasion boche..."

Domicilié rue du Bois à Fleurbaix ,“mort des suites de broncho-pneumonie, maladie contractée en service” le 19 octobre 1918 au domicile des ses parents, 5 rue Edouard Duprey à Bolbec, à l'âge de 40 ans.

 

MORT POUR LA FRANCE

H A 19

Dimanche

Cher Monsieur,

Je vous remercie beaucoup de votre réponse. La famille de Carlier accepte, avec reconnaissance, l'enterrement au cimetière militaire. La cérémonie a lieu demain lundi à 2h. Nous donnons le drapeau pour mettre sur le cercueil. Voulez vous que nous nous chargions de prévenir au cimetière ?

Meilleurs sentiments

signé H. Piérard

19 octobre 1919 : Lettre d'Henriette PIERARD, infirmière-Major à l'hôpital auxiliaire n° 19 adressée à Monsieur GRANDVAL

------------

Inhumé dans l'emplacement des "Victimes du Devoir", route de Rouen à Bolbec 

Note du maire : "... l'inhumation du Brigadier Carlier Jules Emile, mort sous les drapeaux,  aura lieu lundi prochain 21 courant. Réunion 5 rue Edouard Dupray à 2 heures 1/2 du soir"

 

Discours prononcé à ses obsèques

Mesdames, Messieurs,

 

            Pourquoi faut-il qu’au moment où nos cœurs sont remplis d’allégresse et d’espérance en présence des belles victoires remportées tous les jours par nos braves poilus, la brutale mort vienne jeter parmi nous une note de tristesse et nous rappeler que toute joie ici-bas se paie, hélas, et qu’aux larmes de joie se mêlent des pleurs amers.

            Le pauvre soldat auquel nous rendons aujourd’hui les derniers honneurs, quoique terrassé par la maladie, n’en est pas moins une victime de la guerre, et mort pour la France.

            Venu en permission de détente dans notre ville où ses parents, chassés de leur foyer par l’invasion boche, s’étaient réfugiés depuis mars dernier, CARLIER Jules, Emile, Joseph, Brigadier-maréchal au train des équipages, y a contracté une grippe qui a pris rapidement une forme grave et l’a emporté en quelques jours.

            Combien est plus douloureuse encore cette mort survenue au moment où cet homme venait prendre un repos que ses nombreux services militaires lui avaient justement mérité ; son livret militaire nous fait en effet connaître les combats auxquels il avait participé.

            Il avait assisté en septembre 1914 au combat de la Colonne mobile à DOUAI.

            Le 26 octobre 1914, à NIEUPORT, au moment de la défense de l’YSER ;

            En août 1916, à la défense de VERDUN.

            Il était sorti sain et sauf de ces durs combats, et nous comprenons la profonde douleur de ses père et mère qui ont vu la joie qu’ils éprouvaient du séjour de leur fils au milieu d’eux, se changer en quelques heures en tristesse et en chagrin.

            Ils auront eu au moins la douce consolation de l’entourer à ses derniers moments, de leurs soins les plus dévoués, et lui donner leurs baisers d’adieu.

            Au nom de tous nos concitoyens, je vous adresse, pauvres affligés, nos plus sincères condoléances, et puis vous assurer que sur la tombe où votre fils dormira son dernier sommeil, nous tiendrons à apporter des fleurs et des prières.

F10 Carlier

allée F - tombe n°10

 

Croix 2

 

JULES EMILE

CARLIER

BRIGADIER AU 7ESCADRON

DU TRAIN DES EQUIPAGES

MORT POUR LA FRANCE

LE 19 OCTOBRE

1918

A L'AGE DE 40 ANS

 

------------

Déclaréle le 5 novembre 1922

"MORT POUR LA FRANCE"

Decouvrir   Historique du 7è escadron du train des équipages

Decouvrir   Famille CARLIER

Sources :

Ministère de la Défense - Mémoire des Hommes

Archives départementales du Pas-de-Calais (Etat-Civil, registre matricule)

Archives communales de la ville de Bolbec (archives militaires 4H)

×